Faut-il prendre une assurance chômage quand on souscrit un prêt immobilier ? L’assurance perte d’emploi est facultative (contrairement à l’assurance décès), et coûte de l’argent, par conséquent beaucoup d’emprunteurs préfèrent ne pas la prendre. Pourtant, cela peut parfois valoir le coup…

Voici 3 questions que vous devez vous poser au sujet de l’assurance chômage pour décider si oui ou non il faudrait en souscrire une avec votre prêt immobilier.

L’assurance chômage (ou assurance perte d’emploi) protège un emprunteur qui perdrait son emploi, en prenant en charge le paiement de ses mensualités de crédit. Elle est facultative, c’est donc aux emprunteurs de se poser la question de l’assurance chômage.

 

Quelle est ma situation professionelle, et la santé financière de mon entreprise ?

Le 1er élément à considérer si vous vous demandez si vous devez souscrire une assurance chômage avec votre prêt immobilier est votre situation personnelle, votre profession, notamment. En effet, tout dépend de la profession de l’emprunteur. En ces périodes de crise économique et d’augmentation du chômage, tous les emprunteurs ne sont pas égaux face aux risques de chômage.

Certains secteurs économiques sont plus touchés que d’autres, tandis que certains métiers sont assez protégés. Si vous travaillez dans un secteur à risques, ou dans une société fragile économiquement, oui, cette assurance peut vous protéger et vous faire envisager l’avenir plus sereinement.

Quels sont les délais de franchise et de carence proposés pour l’assurance chômage ?

Avant de choisir de prendre une assurance chômage, il faut bien comprendre comment elle fonctionne : l’assurance perte d’emploi ne va pas rembourser tout votre prêt à votre place, elle va vous aider à payer vos mensualités pendant une période de chômage.

Mais le paiement de vos mensualités de prêt par l’assurance chômage ne commence pas immédiatement après la signature du contrat, car il y a un délai de carence, c’est-à-dire un délai entre la signature de l’assurance et de début de la prise en charge, ni immédiatement après votre perte d’emploi, car il y a aussi un délai de franchise, c’est-à-dire un délai entre le licenciement et l’indemnisation par l’assurance chômage.

Enfin, selon les contrats d’assurance, le remboursement des mensualités pourra être pris en charge partiellement ou intégralement. Et sur une période limitée dans le temps.

Il existe de nombreux contrats d’assurance chômage, et tous ces paramètres (délais, durée de prise en charge, part remboursée des mensualités) varient d’un assureur à l’autre. C’est pourquoi, comme pour le choix d’un crédit, il faut bien comparer avant de choisir son assurance chômage.

Mon contrat de prêt me permet-il une certaine souplesse ?

Certains contrats de prêts offrent une relative souplesse à l’emprunteur, qui peut en cas de coup dur financier ou de perte de revenus réduire ses mensualités de prêt voire suspendre le remboursement pendant quelques mois. L’intérêt de l’assurance chômage est limité si votre contrat de prêt vous offre cette souplesse, surtout compte tenu du coût d’une assurance perte d’emploi.

En conclusion, faut-il prendre une assurance chômage pour assurer son prêt immobilier ?

Vous l’avez vu, en lisant les 5 questions ci-dessus, il n’existe pas de réponse toute faite qui conviendrait à tous les emprunteurs. L’assurance chômage peut être très intéressante pour certains profils d’emprunteurs, moins pour d’autres. Mais effectivement, si vous travaillez dans un secteur touché par la crise économique, si votre société est fragilisée financièrement, la protection offerte par l’assurance chômage peut être sérieusement envisagée…