Le questionnaire de santé de l’assurance crédit pose problème à certains emprunteurs, car déclarer sa maladie peut entrainer un refus de crédit : faut-il pour autant mentir pour l’assurance crédit ?

Lorsqu’une personne malade, ou guérie d’une maladie grave mais toujours sous traitement par exemple, déclare en toute honnêteté sa maladie ou ses antécédents, certains assureurs refusent de l’assurer et la banque ne débloque pas le crédit. Dans ce cas, forcément, il est tentant de mentir dans le questionnaire de santé de l’assurance crédit, mais les conséquences peuvent être très lourdes.

Que risque-t-on si on ne déclare pas sa maladie, si on ment par omission dans le questionnaire de santé de l’assurance crédit, quelles sont les conséquences ? Risque-t-on de ne pas être remboursé ?

Dilemme : pour certains emprunteurs, il s’agit soit de répondre honnêtement au questionnaire de santé, obligatoire, et de prendre le risque de se voir refuser leur crédit, soit de mentir au questionnaire de l’assurance crédit pour être assuré et obtenir le crédit, tant les situations de refus de prêt à cause de maladies ou d’antécédents médicaux se multiplient.

Certains emprunteurs se diront que si le seul risque de mentir dans le questionnaire de santé de l’assurance crédit est de ne pas être couvert en cas de souci médical, et que cela vaut la peine car le crédit, au moins, sera débloqué grâce à la validation de l’assurance prêt. Pourtant, dans ce cas, l’inconvénient est double : payer pour une assurance crédit et ne pas être couvert en cas de problème.

Quelles sont les conséquences si vous mentez dans le questionnaire de santé de l’assurance crédit ?

La première conséquence d’un mensonge, la plus importante : vous ne serez pas couvert par votre assurance crédit. En effet, le code des Assurances prévoit qu’en cas de déclaration intentionnellement fausse dans votre questionnaire de santé, l’assurance crédit ne vous protège pas, ne rembourse donc pas les mensualités de votre crédit, vous expose donc, vous et vos proches, à d’importantes dettes ainsi qu’à d’éventuelles poursuites (Article 113-8 du Code des Assurances).

Comment obtenir une assurance crédit malgré des antécédents ou une maladie, sans avoir à mentir dans le questionnaire de santé ?

En négociant avec votre organisme d’assurance crédit. Allez au devant des négociations pour éviter un refus net du crédit, qui vous bloquerait dans votre processus de crédit. Vous pouvez négocier deux aspects : le tarif, et de façon quasiment systématique il vous sera demandé de payer une surprime, et les exclusions, donc vous ne serez pas couverts pour certaines situations…

En résumé, les possibilités sont les suivantes : répondre honnêtement au questionnaire de santé de l’assurance crédit et prendre le risque d’un refus de crédit, mentir au questionnaire pour avoir le crédit mais ne pas être protégé en cas de souci médical, ou, et c’est sûrement la meilleure option, répondre avec franchise aux questions en négociant fermement et en acceptant de payer une suprime pour obtenir votre assurance crédit malgré les risques que les assureurs jugeront que vous présentez…