En baisse depuis février 2012, les taux d’intérêt sont revenus à leur bas niveau de février 2011*. Cette baisse des taux de crédit immobilier s’accompagne de plusieurs phénomènes : renégociation de prêt, durcissement de l’attribution des crédits et caution solidaire.

Avec un niveau de taux d’intérêt aussi bas, de nombreux emprunteurs cherchent à renégocier leur prêt, pour profiter eux aussi de ces taux avantageux. Mais dans les faits, si les demandes de renégociation de prêt se multiplient, toutes ne sont pas acceptées. (lire la suite…)

Pour réellement renégocier leur prêt, des emprunteurs sont contraints de changer de banque : si leur banque n’est pas prête à baisser ses taux pour la renégociation de prêt, d’autres banques sont, elles, prêtes à faire cet effort pour obtenir ainsi un nouveau client, qu’elles espèrent ensuite fidéliser.

La baisse actuelle des taux ne signifie pas pour autant un accès facilité aux crédits. En effet, non seulement les prix immobiliers restent élevés, mais les banques ont tendance à durcir leurs critères d’attribution des crédits. Elles étudient avec attention le taux d’endettement des aspirants emprunteurs, notamment, et sont prêtes à accorder des crédits en se basant sur l’hypothèse d’une amélioration future du pouvoir d’achat, par exemple. Cette situation fait que de plus en plus de particuliers empruntent avec leurs parents comme caution solidaire.

* information de l’Observatoire Crédit logement-CSA