Les crédits immobiliers accordés aux ménages français ont reculé de près de 30% sur les huit premiers mois de l’année 2012. Les banques accordent de moins en moins de prêts immobiliers, les conditions d’obtention des crédits se durcissent, et ce malgré un contexte de baisse continue des taux d’intérêts des crédits immobiliers.

Dans ce contexte, l’étude de l’Observatoire Crédit Logement/CSA qui montre le fort recul des crédits immobiliers a de quoi surprendre : n’y a-t-il donc aucun lien entre le niveau des taux d’intérêts et le nombre de crédits accordés ? Comment expliquer cette importante baisse du nombre de crédits au moment où les prêts immobiliers sont accessibles à des taux proches de leur plafond historique ?

Pour bien comprendre le recul des crédits immobiliers dont il est question, précisons que l’étude de l’Observatoire Crédit Logement/CSA s’exprime en montants accordés, et non en nombre de prêts : le montant des crédits immobilier est 31,4% inférieur à celui observé à la même période en 2011.

Comment expliquer ce fort recul des crédits immobilier ? La crainte des ménages français pour leur pouvoir d’achat est une des explications. En effet, malgré des taux de crédits exceptionnellement bas, le contexte de crise économique et financière, de fermetures d’entreprises pour raisons économiques et de hausse du chômage n’engage pas les ménages à investir et à contracter un emprunt.