Entré en application début janvier 2011, le Prêt à taux Zéro Plus, ou PTZ+, est un prêt aidé destiné aux primo-accédants pour les accompagner dans l’achat de leur première résidence principale. Après plus de 4 mois d’existence, le premier bilan du nouveau PTZ + est plutôt positif et semble bien remplir son objectif de favoriser l’accession à la propriété.

Le 100 000ème contrat de PTZ+ a été signé fin avril, l’occasion pour le secrétaire d’Etat au Logement Benoist Apparu de souligner les bons débuts du nouveau prêt à taux zéro plus. En effet, précise-t-il, après un mois de janvier hésitant, le temps pour les banques de prendre leurs marques avec ce nouveau dispositif, « la montée en puissance du dispositif a été plus rapide qu’espéré. Dès mars, le cap des 30.000 octrois de PTZ+ par mois a été franchi ».

Lors de l’entrée en vigueur de ce nouveau dispositif d’aide à l’accès à la propriété, le gouvernement avait affiché un objectif de 380 000 PTZ + distribués en 2011, soit 150 000 contrats de prêt de plus qu’avec l’ancien prêt à taux zéro, qui bénéficiait en moyenne à 230 000 emprunteurs pas an. Le bilan effectué 4 mois après la mise en place du nouveau prêt à taux zéro + laisse penser que cet objectif pourra être atteint.

En plus de favoriser l’accession à la propriété des familles les moins aisées, le PTZ+ a vocation à encourager l’achat de logements dont la performance énergétique est bonne, des logements économes en énergie, mais aussi à soutenir l’achat de biens immobiliers dans les zones dites « tendues », c’est-à-dire là où l’offre est inférieure à la demande.

Les destinataires du PTZ+, d’après les premières conclusions du gouvernement, ne sont pas essentiellement les ménages les plus modestes. En effet, les ménages les plus modestes représentent 20% des bénéficiaires de ce nouveau prêt à taux zéro, et 37% du volume de prêt accordé depuis le 1er janvier 2011. Ainsi, les particuliers appartenant aux tranches de revenus les plus aisés bénéficient fortement de ce dispositif, profitant de ce prêt aidé pour réaliser un achat immobilier qu’ils auraient peut-être de toute façon effectué.

Quant au bilan du PTZ+ sur l’accès à la propriété là où le marché immobilier est tendu, il est clairement positif, car 40% des transactions  effectuées avec l’aide du PTZ Plus se sont déroulées dans les 2 zones les plus tendues, les zones A (Paris et la Côte d’Azur) et B1 (les villes de plus de 250 000 habitants).