Au moment de souscrire un prêt immobilier, avant d’aller étudier les offres de prêts de différentes banques, plusieurs questions se posent généralement : mon apport personnel sera-t-il suffisant pour obtenir un prêt immobilier, quel sera le taux d’intérêt proposé, quelle sera la durée de mon prêt, mais aussi, quel est le montant des mensualités que j’aurais à payer ?

Le montant maximum des mensualités qu’il vous incombera de payer une fois votre prêt immobilier souscrit ne dépend pas des banques, il est fixé par une règle générale. Cette règle se réfère au taux d’endettement : il est admis qu’un particulier ne doit pas s’endetter à plus d’1/3 de son revenu.

Cela signifie que le total des mensualités à rembourser sur un an ne doit pas dépasser 33% de votre revenu annuel, et donc qu’une mensualité (somme à rembourser chaque mois pour votre prêt) ne doit pas être supérieure à votre revenu annuel tel qu’il est indiqué sur votre déclaration d’impôt divisé par douze.

Autrement dit, vous devez gagner trois fois plus que ce que vous remboursez pour votre prêt immobilier.

C’est là la règle généralement suivie par les banques pour calculer la mensualité maximum.

Cependant, toutes les situations sont différentes et les banques étudient avec attention votre situation financière, professionnelle et familiale pour décider de l’accord du prêt.

Plusieurs éléments entrent en ligne de compte dans le calcul du montant maximum de la mensualité et du taux d’endettement maximum :
– vos revenus, ou ceux de votre foyer,
– le type de revenus (des revenus type APL ne sont pas considérés comme des revenus comptant pour le remboursement des mensualités de prêt, contrairement aux revenus salariaux ou fonciers)
– la composition du foyer,
– et la durée prévue du prêt immobilier : dans le cas d’un prêt immobilier « court », la possibilité d’allonger éventuellement la durée du prêt en cas de coup dur assouplit la règle des 33% d’endettement, certaines banques autorisent un endettement plus élevé dans ce cas.