Comment fonctionnent les prêts conventionnés, quelles conditions faut-il remplir pour en bénéficier, quelles sont les garanties demandées ? C’est à ces questions que nous allons répondre ensemble, pour bien comprendre ce que sont les prêts conventionnés.

Par définition, un prêt conventionné est un prêt réglementé, attribué sans condition de ressources, qui offre d’importants avantages financiers, en proposant notamment un taux d’intérêt plafonné.

Principes des prêts conventionnés :

Une des particularités des prêts conventionnés est d’offrir un taux d’intérêt plafonné, qui ne peut donc pas dépasser un certain taux, empêchant ainsi le coût de votre crédit d’augmenter : vous pouvez calculer le coût de votre prêt dès le plan de financement. Ce taux plafonné vous offre une sécurité financière. Ce taux se réfère au taux de référence fixé par le Crédit Foncier : ce taux est révisé et communiqué 4 fois par an.

 
Un prêt conventionné ne peut couvrir plus de 90% du prix d’achat ou du prix de construction du logement. Il faudra donc soit avoir un apport couvrant les 10% restants, soit souscrire à un crédit immobilier pour financer la différence.
 

La durée des prêts conventionnés varie entre 5 et 30 ans. Cependant, si vous le pouvez et si vous le souhaitez, vous pourrez effectuer des remboursements anticipés pour ainsi rembourser votre crédit plus vite et donc réduire la durée du prêt. Informez-vous de cette possibilité dès le financement de votre projet immobilier, pour bien vérifier auprès de votre banque que ces remboursements anticipés pourront se faire sans aucun frais.
 

Conditions des prêts conventionnés :

Ces prêts sont accordés sans condition de ressources, quels que soient vos revenus. Lors du financement de votre projet immobilier, vous pouvez donc vous renseigner pour bénéficier d’un de ces prêts conventionnés.

En revanche, les établissements bancaires vous demanderont des garanties pour accorder ce prêt, garanties qui vont de l’assurance minimum, type assurance décès ou assurance contre tout risque d’invalidité et d’incapacité, à l’hypothèque.