Lors d’une demande de prêt immobilier, les banques calculent le montant de vos revenus pour déterminer quelle somme elles vont accepter de vous prêter, et quelle est la mensualité maximale que vous pourrez rembourser chaque mois. Votre banquier passe alors en revue vos revenus fixes, ceux sur lesquels vous pouvez compter chaque mois, vos revenus variables, ainsi que les charges qui viennent diminuer vos revenus bruts.

Voici la liste des revenus pris en compte pour l’attribution d’un prêt immobilier :

1)     Revenus fixes

Sont comptés parmi vos revenus fixes votre salaire net ou vos bénéfices (dans le cas d’un travailleur non salarié), vos rentes et pensions, les loyers éventuels que vous touchez de la location d’un bien immobilier, ainsi que les allocations.

NB : les allocations seront considérées comme des revenus fixes uniquement si elles vous seront versées pendant toute la durée du prêt
immobilier que vous vous apprêtez à souscrire.

 

2)     Revenus variables

Tous les emprunteurs ne sont pas concernés par les revenus variables. Il peut s’agir de salaire variable, de primes sur objectifs, de dividendes, etc.

 

3)     Charges à déduire de vos revenus

Une fois vos revenus fixes et variables additionnés, votre banquier va déduire du montant de ces revenus les charges récurrentes que vous
payez chaque mois : les mensualités d’éventuels prêts en cours, les pensions que vous versez peut-être…

 

C’est le delta restant entre vos revenus fixes et variables et ces charges fixes qui va déterminer vos revenus nets sur la base desquels
les banques pourront calculer votre capacité de financement.